Diagnostic et traitement

Le traitement d’une angine blanche (érythémato-pultacée) est surtout symptomatique si elle est d’origine virale. Si elle est causée par la bactérie Streptocoque du groupe A (SGA) en revanche, le médecin effectue plusieurs diagnostics. Cela permettra de prescrire les soins adaptés.

angineLes différents diagnostics

 

  • Un diagnostic général et un examen de la gorge

Lorsque le patient présente les différents symptômes d’une angine blanche notamment une douleur à la déglutition associée à de la fièvre, le médecin réalise un diagnostic général et un examen de la gorge. Pour cela, il se sert d’une lampe et d’un abaisse-langue. S’il s’agit bien d’une angine érythémato-pultacée, il verra ainsi les amygdales rouges parsemées de points blancs. Il palpera ensuite la région cervicale, au niveau du cou sous le crâne, pour repérer les ganglions gonflés.

  • Le test de diagnostic rapide (TDR)

Le diagnostic clé pour s’assurer qu’il s’agit bien d’une angine blanche et pour déterminer le type de traitement adapté est le test de diagnostic rapide (TDR). C’est un test simple et indolore qui consiste à faire un prélèvement au niveau des amygdales avec une sorte de grand coton-tige que l’on appelle en médecine un écouvillon. Il le place ensuite dans un tube qui contient un liquide réactif puis y immerge une bandelette. Cette dernière prendra ensuite une couleur qui déterminera si l’angine érythémato-pultacée est due à un streptocoque du groupe A ou non.

Les-antalgiques-des-perturbateurs-endocriniens_large_apimobileSi le TDR est négatif et que le patient ne présente pas de risque de rhumatisme articulaire aigu (RAA), il s’agit d’une angine virale. Dans ce cas, le médecin proposera uniquement des antalgiques et antipyrétiques pour diminuer ou supprimer la douleur. Si le test est positif, il prescrit en revanche des antibiotiques pour lutter contre les bactéries.

Notons que même si cela reste rare, un patient peut présenter un risque de RAA s’il a des antécédents personnels de cette maladie. Il en est de même chez ceux qui ont entre 5 et 25 ans et qui ont déjà attrapé une angine blanche récidivante ou mal traitée. Dans ce contexte à risque de RAA, il faudra suivre un traitement à base d’antibiotiques.

Par ailleurs, le TDR est inutile chez le nourrisson et l’enfant de moins de 3 ans, car l’angine érythémato-pultacée est habituellement virale à cet âge.

Various pillsLe traitement

  • Pourquoi traiter ?

Le traitement antibiotique n’est pas nécessaire pour les angines d’origine virale ainsi que les angines à streptocoques hémolytiques n’appartenant pas au groupe A. Dans le cas contraire, il servira à accélérer la disparition des symptômes et à réduire le risque de complications suppurées, toxiques et/ou immunologiques. En même temps, il permettra de prévenir les complications post-streptococciques non suppuratives (sans pus) notamment le RAA et d’éviter de transmettre les bactéries à l’entourage. 24 heures après le début du traitement antibiotique, les patients ne seront en effet plus contagieux.

  • Quand traiter ?

Selon le cas, le traitement peut débuter dès les premiers symptômes ou jusqu’à 9 jours après ces premiers signes tout en suivant un traitement par antibiotique pour prévenir le RAA. Tout dépend donc de chaque situation.

  • Comment traiter ?

Pour guérir une angine blanche provoquée par un streptocoque du groupe A (SGA), l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) recommande :

  • l’amoxicilline par voie orale pendant 6 jours ;
  • les céphalosporines en cas d’allergie aux antibiotiques de la famille de l‘amoxicilline ;
  • les macrolides, les kétolides ou la pristinamycine en cas de contre-indication aux béta-lactamines (des dérivés de la pénicilline/amoxicilline et des céphalosporines).

doctor-prescription-pad-400x400Recommandations

Quel que soit l’antibiotique prescrit, il faudra respecter à la lettre la durée du traitement et la posologie pour éviter que les bactéries résistent aux antibiotiques. Dans cette optique, mieux vaut ne jamais interrompre le traitement même si le patient ne se sent pas mieux. Il est également déconseillé de recourir à l’automédication même si on reconnait les symptômes, car la consommation inappropriée d’antibiotiques rend les bactéries plus résistantes. Pour un traitement efficace et en cas de doute, il suffit de demander conseil à son médecin ou son pharmacien.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.